Archives des catégories : Accueil

Rest’eau pirate – 20 mars

Les anarchistes russes sur l’invasion de l’Ukraine

De CrimethInc.

Alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie se poursuit,les anarchistes continuent de se mobiliser sur tout le territoire russe, aux côtés de milliers d’autres personnes, contre la guerre. Nous publions ici les communiqués de deux organisations anarchistes russes de longue date, qui proposent une analyse de la situation en Russie et de la façon dont l’invasion de l’Ukraine pourrait la modifier.

Plusieurs manifestations sont prévues en Russie pour demain (dimanche 27 février). Nous attendons toujours des nouvelles de nos contacts en Ukraine, que nous publierons dès leur arrivée.

Au cours de l’invasion la Russie est devenue un champ de bataille dans la guerre de l’information. Le gouvernement russe a tenté de bloquer l’accès à Twitter pour que les Russes ne puissent pas voir ce qui se passe en Ukraine, ou dans le reste de la Russie. De l’autre côté des barricades, le site internet du Kremlin a été piraté. Que les Russes soutiennent cette invasion qui leur coûte beaucoup, ou qu’iels s’opposent à Poutine malgré les risques, sera sans doute déterminant pour les événements en Ukraine à long terme.

« La paix est le privilège réservé à ceux qui ont les moyens de ne pas se battre dans les guerres qu’ils créent – aux yeux des fous nous ne sommes que des chiffres sur un graphique, des obstacles sur leur chemin vers la domination du monde. »

-Tragedy, “Eyes of Madness

Des actions de solidarité se poursuivent aujourd’hui en Allemagne, en Suisse et ailleurs dans le monde.

La position du Militant Anarchiste sur l’attaque de la Russie contre l’Ukraine

Le communiqué suivant a été publié hier sur le canal Telegram du *Militant Anarchiste [Боец Анархист], un collectif anarchiste russe dont nous avions précédemment traduit le nom par « Anarchist Fighter ».*

Notre position sur les événements qui se déroulent en Ukraine est clairement indiquée dans nos posts précédents. Cependant, nous il nous apparaît nécessaire de l’exprimer explicitement, pour ne pas laisser de place au non-dit.

Nous, le collectif Militant Anarchiste, ne sommes en aucun cas des soutiens de l’État ukrainien. Nous l’avons critiqué à de nombreuses reprises et avons par le passé soutenu celles et ceux qui s’y sont opposé·es. Nous avons également été la cause d’une opération de police contre l’opérateur téléphonique VirtualSim, menée par les services de sécurité ukrainiens dans l’espoir de nous combattre.1

Et nous reviendrons sans aucun doute à cette politique dans le futur, quand la menace de la conquête russe se sera éloignée. Tous les États sont des camps de concentrations.

Cependant ce qui est en train de se passer en Ukraine dépasse largement cette formule, et le principe selon lequel tout·e anarchiste devrait lutter pour la défaite de son pays.

Car il ne s’agit pas simplement d’une guerre entre puissances relativement égales, portant sur la redistribution des zones d’influence du capital, et dans laquelle nous pourrions appliquer l’axiome d’Eskobar.2

Ce qui se passe actuellement en Ukraine est un acte d’agression impérialiste : une agression qui, si elle réussit, mènera au déclin de la liberté partout – que ça soit en Ukraine, en Russie et peut-être même dans d’autres pays. Elle rend aussi plus importante la probabilité que la guerre se poursuive et que l’on assiste à une escalade vers une guerre mondiale.

De notre point de vue, cette analyse est évidente en ce qui concerne l’Ukraine. Mais en Russie, une petite guerre victorieuse (ainsi que des sanctions extérieures) fournira au régime ce dont il manque actuellement. Elle lui donnera carte blanche du fait de la poussée patriotique qu’elle ne manquera pas de déclencher chez une partie de la population. Et l’État russe pourra également faire reposer tous les problèmes économiques sur le compte des sanctions et de la guerre.

Dans la situation actuelle, la défaite de la Russie augmenterait la probabilité que les gens se soulèvent, comme cela s’est produit en 1905, ou en 1917 [quand les difficultés de la Russie lors de la Première Guerre mondiale ont conduit à la révolution], et ouvrent les yeux sur ce qui est en train de se passer dans le pays.

Quant à l’Ukraine, sa victoire paverait la voie à un renforcement de la démocratie directe, car si elle advient, ça ne peut-être que grâce à l’auto-organisation populaire, l’entraide et la résistance collective. Ce sont les réponses à apporter aux défis que la guerre impose à la société.

En outre, les structures crées pour mettre en place ces formes d’auto-organisations ne disparaîtront pas une fois la guerre terminée.

Bien sûr, la victoire ne réglera pas les problèmes de la société ukrainienne, ils devront être résolus en profitant des opportunités qui s’ouvriront dans l’instabilité que connaîtra nécessairement le régime après de tels bouleversements. Cependant, la défaite ne résoudra pas les problèmes non plus, mais au contraire les exacerbera encore plus.

Bien que toutes ces raisons – que nous appellerons géopolitiques – soient importantes dans notre décision de soutenir l’Ukraine dans ce conflit, ce ne sont pas les raisons principales. Les plus importantes sont des raisons morales internes : la simple vérité est que la Russie est l’agresseur et qu’elle mène une politique ouvertement fasciste. Elle appelle la guerre la paix. La Russie ment et tue.

À cause de ses actions agressives, des gens souffrent et meurent dans les deux camps. Et oui, même les soldat·es sont broyé·es par cette machine de guerre (par compte nous ne comptons pas les ordures pour qui « la guerre est naturelle », qu’il est pour nous difficile de continuer à qualifier de « personnes »). Et tout cela continuera jusqu’à ce qu’on y mette fin.

C’est pourquoi nous demandons instamment à toutes celles et ceux qui lisent ces lignes et ne sont pas insensibles, à faire preuve de solidarité avec le peuple ukrainien (et pas avec l’État !!!) et de soutenir leur lutte pour la liberté contre la tyrannie de Poutine.

Il nous faut vivre une époque historique. Faisons en sorte que cette page d’histoire ne soit pas honteuse, mais que nous puissions en être fièr·es.

Liberté pour les peuples du monde ! La paix au peuple d’Ukraine ! Non à l’agression de Poutine ! Non à la guerre !

Des manifestant·es anti-guerre défilent avec une bannière à Moscou. Les anarchistes ont défilé à plusieurs reprises avec cette bannière dans la nuit du 24 février. Selon les informations recueillies, même après que la police ait dispersé la manifestation principale et procédé à de nombreuses arrestations, les anarchistes se sont regroupé·es et ont recommencé à défiler jusqu’à ce que la police les charge et les arrête. Le courage dont ont fait preuve les manifestant·es en Russie est une leçon d’humilité.

But what is happening now in Ukraine goes beyond this simple formula, and the principle that every anarchist should fight for the defeat of their country in war.


Le crépuscule avant l’aube

Le texte suivant a été publié aujourd’hui sous la forme d’un podcast en russe sur le site web d’Action Autonome.

Guerre

Jeudi matin, Poutine a lancé la plus grande guerre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Il se cache derrière les prétendus intérêts de la partie séparatiste du Donbass, même si la RPD et la RPL étaient déjà absolument satisfaites de leur reconnaissance en tant qu’États indépendants, de l’entrée officielle de l’armée russe sur le territoire et de la promesse d’un financement à hauteur d’1,5 milliard de roubles. Rappelons également que depuis de nombreux mois, le coût des loyers et le prix des denrées alimentaires augmentent de jour en jour en Russie.

Le Kremlin a formulé des demandes absurdes aux autorités de Kiev, à commencer par la « dénazification ». Il est vrai que, grâce à sa participation active aux manifestations de Maïdan en 2014, l’extrême-droite ukrainienne s’est assurée une position disproportionnée dans les institutions politiques et les forces de l’ordre. Mais dans toutes les élections en Ukraine depuis 2014, ils n’ont pas obtenu plus de quelques pourcentages des voix. Le président de l’Ukraine est juif. Le problème de l’extrême-droite en Ukraine doit être résolu, mais pas par des chars russes. Les autres accusations du Kremlin à l’encontre de l’Ukraine – corruption, fraude électorale et justice aux ordres – seraient bien plus appropriées pour parler du régime de Poutine lui-même. Aujourd’hui, les soldat·es russes sont, au sens premier du terme, des occupant·es d’un pays étranger, même si cela contredit les attentes de toutes celles et ceux qui ont grandi avec les récits de la Grande Guerre patriotique.

La Russie s’est retrouvée isolée au niveau international. [Le président turc Recep Tayyip] Erdoğan, [le secrétaire général du Parti Communiste chinois] Xi Jinping, et même les talibans demandent à Poutine de cesser les hostilités. L’Europe et les États-Unis imposent chaque jour de nouvelles sanctions à la Russie.

Au moment où nous préparons ce texte, le troisième jour de la guerre approche. L’armée russe est nettement supérieure à l’armée ukrainienne, mais la guerre ne semble pas se dérouler exactement selon le plan de Poutine. Ce dernier comptait apparemment sur une victoire en un ou deux jours, avec très peu de résistance, voire aucune, mais de sérieux combats ont eu lieu sur tout le territoire ukrainien.

Les Russes et le monde entier regardent en ce moment-même des vidéos montrant des bombes frappant des immeubles résidentiels, un véhicule blindé écrasant une personne âgée, des cadavres et des fusillades.

Roskomnadzor [le service fédéral du gouvernement russe chargé de la supervision des communications, des technologies de l’information et des médias] tente encore de menacer tout Internet, en exigeant : « N’appelez pas cela une guerre, mais une opération spéciale. » Mais peu de gens le prennent encore au sérieux désormais. Tant qu’Internet n’est pas entièrement coupé en Russie, il y aura suffisamment de sources d’information. Au cas où, nous vous recommandons une fois de plus de configurer à l’avance Tor avec passerelles, un VPN, et Psiphon.

Les effets des sanctions et de la guerre commencent tout juste à se faire sentir en Russie. À Moscou, la plupart des distributeurs de billets étaient à court de billets vendredi. Pourquoi ? Parce que la veille, les gens ont retiré 111 milliards de roubles des banques : en fait, toutes leurs économies. Le marché de l’immobilier s’est effondré alors que la construction de bâtiments résidentiels est la branche la plus importante de l’économie russe. L’industrie automobile étrangère cesse progressivement d’expédier des voitures en Russie. Les taux de change du dollar et de l’euro sont artificiellement maintenus par la Banque Centrale. Les actions de toutes les entreprises russes ont sévèrement chuté. Tout le monde comprend que la situation ne peut que s’empirer.

La police anti-émeute russe arrête une manifestante. On peut lire sur son masque « Non à la guerre ».
Seul Poutine a besoin de ça

La réaction russe à la guerre en Ukraine est complètement différente de ce qui s’était passé en 2014 [quand la Russie s’était emparée de la Crimée après la révolution ukrainienne]. De nombreuses personnes, y compris des personnalités qui travaillaient pour le gouvernement, demandent la fin immédiate de la guerre. Le renvoi d’Ivan Urgant, la principale vedette de la télévision russe, est en ce sens remarquable.

La grande majorité de celles et ceux qui soutiennent encore Poutine est également contre la guerre. Le supporter moyen de Poutine croit maintenant que tout a été calculé, que la guerre ne va pas s’éterniser et que l’économie russe va survivre. Car oui, il n’est pas simple de reconnaître que son pays est dirigé par un dérangé, par un Don Quichotte qui contrôle une armée d’un million de soldat·es, l’une des plus puissantes du monde, un Don Quichotte qui dispose de l’arme nucléaire, capable de détruire l’humanité toute entière. Il est difficile de concevoir qu’un dirigeant, après avoir consulté des politologues et des philosophes de seconde zone, puisse bombarder un pays voisin et fraternel et détruire sa propre économie.

En se délectant d’un pouvoir illimité, Poutine s’est progressivement éloigné de la réalité. On pense aux quarantaines de deux semaines imposées aux simples mortels qui doivent rencontrer le président russe pour une raison ou un autre, ou aux tables gigantesques ou Poutine reçoit à la fois ses ministres et les autres chefs d’État.

Poutine a toujours été un politicien qui cherchait à équilibrer les intérêts des forces de sécurité et des oligarques. Aujourd’hui, le président est sorti de son rôle, et a entrepris un grand voyage dans la mer infinie de la sénilité. Nous sommes prêt·es à parier une bouteille du meilleur whisky que dans un futur proche, monsieur le Président pourrait subir un coup d’État venant de son cercle le plus proche.

La Russie pourrait bien se retrouver en 2023 avec un autre système de pouvoir et autre visage au Kremlin. Lesquels exactement, nous le savons pas. Mais pour l’heure, nous traversons le crépuscule avant l’aube.

Pendant ce temps, des manifestations contre la guerre ont lieu en Russie. Des anarchistes y participent à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kazan, Perm, Irkoutsk, Yekaterinburg et dans d’autres villes. En Russie, il est extrêmement difficile d’organiser des manifestations dans les rues ; cela entraîne des poursuites administratives et pénales, ainsi que de la bonne vieille violence policière. Mais les gens sortent tout de même. Des milliers de personnes ont déjà été arrêtées, mais les manifestations continuent. La Russie est contre cette guerre et contre Poutine ! Sortez – quand et où vous le souhaitez ! Faites équipe avec des ami·es et des personnes partageant les mêmes idées. Les réseaux sociaux suggèrent une action de protestation générale ce dimanche à 16 heures. Ce moment n’est pas pire qu’un autre. Vous pouvez télécharger des tracts anti-guerre à distribuer et à afficher sur notre site web et sur les réseaux sociaux !

Des tracts russes s’opposant à l’invasion, sur lesquels on peut lire « Vous payez pour la guerre de Poutine – impôts, frontières fermées, pauvreté, blocage des services, vide informationnel – non à la guerre ! » et « Non à l’invasion militaire de l’Ukraine : paix au peuple, guerre aux dirigeants. »

Pendant ce temps, les anarchistes ukrainiens participent à la défense territoriale de leurs villes. C’est bien plus difficile pour eux que pour les gens en Russie, mais il s’agit d’une seule et même défense. C’est la défense de la liberté contre la dictature, de la volonté contre la servitude, des gens ordinaires contre les présidents dérangés.

À vos moutons

Si, comme par miracle, Poutine revenait à la raison et que la guerre prenait fin, serions-nous prêt·es à « retourner à nos moutons » ? Il est probable que nous serions expulsé·es du Conseil de l’Europe. Les Russes perdraient ainsi la possibilité de s’adresser à la Cour Européenne des droits de l’homme, et bientôt le Kremlin rétablirait la peine de mort.

Pour l’heure, revenons à l’actualité, qui reste conforme à l’esprit de ces dernières années. En ce moment-même, la Douma [organe législatif de l’assemblée au pouvoir en Russie] adopte une loi selon laquelle un conscrit militaire doit se présenter lui-même au bureau d’enrôlement plutôt que d’attendre une convocation. Poutine a également récemment augmenté les salaires de la police. Et le bureau du procureur, dans un appel, a demandé de porter de cinq à neuf ans la peine d’un anarchiste de Kansk, Nikita Uvarov, condamné dans la célèbre « affaire de terrorisme Minecraft ».

Vous savez vous-même quoi faire de tout cela.

Liberté pour les peuples! Mort aux empires !


La police escorte une personne arrêtée tenant une pancarte « Je suis contre la guerre ».
  1. Plus d’informations sur cette affaire ici
  2. Eskobar était le chanteur d’un groupe de rock ukrainien appelé Bredor. Il y a longtemps, dans une interview, il a prononcé une phrase célèbre, qui est devenue un mème : “Шо то хуйня, шо это хуйня” – une façon succincte d’exprimer quelque chose comme « une situation où vous avez le choix entre deux mauvaises options, sans aucune alternative » 

La Pigeonne en danger

L’eau a été coupée depuis le 9 février 2022, mettant en péril la vie des habitant-e-s de La Pigeonne. Ce choix résulte d’une demande du propriétaire, exécutée par le service de l’eau de la ville et l’eurométropole de Strasbourg.

S’hydrater est essentiel pour le corps humain. Au-delà de 72h sans eau, il meurt. L’hygiène protège des maladies, notamment du COVID-19, dont il limite la propagation. L’accès à l’eau est vital, sa privation est mortelle.

Cette humiliation nous donne un sentiment d’injustice. Doit-on vraiment argumenter pour avoir le droit de boire ? La vérité est qu’une violence grave qui ne saurait trouver de justification s’est produite.
Pire encore, elle a eu lieu sans prévention ni dialogue de la part de celleux qui l’exercent. La sensation de soif et l’impossibilité de se laver ne sont pour lui ni un souvenir d’enfance, ni une angoisse pour l’avenir.

L’accès à l’eau est devenu un enjeu social fondamental, en pleine pandémie. Particulièrement pour les personnes vulnérables, d’autant plus susceptibles de ne pas survivre en cas de contamination.

Heureusement, grâce à notre acharnement et à la mobilisation de soutiens externes, nous avons pu faire rétablir l’eau le 14 février 2022 après 5 jours sans eau. Merci à tout-e-s !

Toutefois, le combat ne s’arrêtant pas là, nous appelons à votre soutien afin de faire face aux éventuelles futures actions violentes dirigées contre La Pigeonne. Vous pouvez nous écrire à lapigeonne[at]riseup[point]net pour être tenu-e au courant.

💥 Notre droit essentiel à l’eau bafoué par notre millionnaire de propriétaire !

[EDIT] : l’eau a été rétablie le 14 février par les services municipaux, merci pour votre mobilisation et le soutien <3 !

Depuis deux ans, nous, Pigeonnes, prenons soin de la maison qui nous a accueilli-e-s, en créant un espace pour les femmes et les personnes queers précaires, qu’on veut pérenne et solidaire, un lieu de vie et d’activité qui nous est vital. Cela nous demande énormément de temps, d’énergie et de moyens. Heureusement, nous avons du soutien !

Dès notre arrivée, nous avons envoyé un long courrier de présentation de notre projet au propriétaire, sans réponse de sa part depuis deux ans. Nous savons qu’il possède des domaines et d’autres maisons, celle-ci qu’il a abandonnée et délaissée depuis des années ne semble donc pas lui manquer.

Le 9 février 2022, à la demande du propriétaire, des techniciens du service des eaux de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg ont coupé l’eau de la maison, en laissant une simple notification sur la valve d’eau à l’extérieur. Personne n’a eu la décence de nous prévenir, de toquer à notre porte, ou même de laisser un message dans notre boîte aux lettres.

Quelles sont donc ces manœuvres ? Couper l’accès à l’eau est un acte non seulement vicieux mais illégal. Cela revient à mettre en danger la vie d’autrui, nous empêcher de boire, de nous laver, de cuisiner, d’éteindre un feu, donc de maintenir des conditions d’hygiène et de sécurité essentielles dans un contexte sanitaire compliqué, avec des personnes malades. Nous n’acceptons pas cela ! L’accès à l’eau est un droit que nous allons reprendre !

Bien que notre société soit intoxiquée par le capitalisme, nous rappelons aux services de la ville et aux privés que les riches n’ont pas tous les droits et que les services publics doivent cesser d’être complices de leurs faits illicites et inhumains et défendre réellement l’intérêt public de tou-te-s !

Nous demandons aux services de l’eau et de l’assainissement de rétablir l’eau dans le bâtiment immédiatement.

VOICI LES ACTIONS CONCRETES POUR NOUS SOUTENIR :

  • Si vous passez près du 25 rue des Pigeons, laissez de l’eau devant la porte
  • Aidez-nous à rétablir l’eau
  • Appelez le service de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg à ce numéro dès lundi 9h pour leur demander de rétablir l’eau



Atelier poésie à la bibliothèque Marsha P. Johnson

Pour l’ouverture de notre bibliothèque féministe, queer et antiraciste du dimanche 23 janvier, on vous propose un atelier poésie !

Cet atelier est ouverte à toustes en mixité choisie (sans mecs cis), sans connaissance particulière, sans pression !
La poésie est avant tout un art oral et populaire, il est possible de créer collectivement et fabriquer des poèmes sans avoir besoin de savoir écrire.
Le but est de découvrir des textes, se donner de la force et de l’adelphité.

Le programme
14H – Ouverture de la bibliothèque
15H – Lecture collective de poésies queers francophones et anglophones (ramenez vos recueils si vous voulez)
Open Mic en mode chill : ramenez vos textes, poésies, proses, slams, tracts, etc.

Projection/rencontre Décolonisons l’écologie

La bibliothèque autogérée Marsha P. Johnson sera ouverte ce dimanche 21 novembre, pour une projection/discussion du film documentaire Décolonisons l’écologie – Reportage au coeur des luttes décoloniales et écologistes en présence de Noémie Dijon, monteuse du film.
C’est la dernière ouverture avant la pause hivernale !

Au programme
13H : Repas à prix libre
14H : Ouverture de la bibliothèque / Arpentage du livre Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire + présentation-discussion du zine mutant.e.s 8 « Ecolonialité, race, nature et capital » de Sem Nagas
16H : Pause goûter et temps d’échanges  
17H : Projection du documentaire Décolonisons l’écologie – Reportage au coeur des luttes décoloniales et écologistes de Annabelle Aim, Cannelle Foudrinier et Jérémy Boucain
19H : Fermeture de la bibliothèque

Présentation du documentaire « Décolonisons l’écologie – Reportage au cœur des luttes décoloniales et écologistes  »
« Les personnes racisées sont les premières concernées par la crise capitaliste, ses impacts environnementaux, sanitaires et sociaux, et pourtant, celles-ci sont invisibilisées au sein de la lutte écologique mainstream, dans les instances de décisions, de construction des stratégies de lutte et de production des enseignements. C’est pourquoi nous avons écouté et appris de celles et ceux qui, depuis la Caraïbe, et notamment en Martinique, sont les mieux placé·e·s pour apporter des solutions radicales à ce système colonial, capitaliste, écocidaire, génocidaire. »

  • Projection, goûter et rencontre à prix libre et conscient* pour que la bibliothèque puisse défrayer ses invité·e·s et continuer à organiser des évènements
  • Adhésion à prix libre à la bibliothèque nécessaire pour emprunter à prix libre
  • Zines, nourritures et objets DIY à prix libre
  • Espace en mixité choisie sans hommes cisgenres

*Le prix conseillé pour la projection est de 5 euros.
Si tu es dans la dèche et que tu veux venir, pas de soucis : tu peux donner moins en fonction de tes moyens. Si t’es pas précaire, c’est cool de pas être radin·e ! Derrière la bibliothèque Marsha P. Johnson, il y a des personnes queers, racisées et précaires qui n’organisent pas tout ça pour fournir du divertissement gratuit. La bibliothèque est un espace d’autogestion, d’organisation et de ressources pour des luttes collectives et intersectionnelles queers, antiracistes et féministes.
Si tu viens pour la première fois, c’est cool de t’inscrire à la bibliothèque. Les adhésions sont à prix libre et conscient (ça nous permet d’imprimer des affiches, zines, ressources et de commander des livres : on fonctionne sans subventions).
Si tu viens pour toute la journée et que tu manges avec nous, c’est cool de prévoir assez de monnaie. En plus il y a aussi des zines et des objets DIY à prix libres !

Enfin si l’autogestion et le prix libre te font flipper, pas de panique ! On programme un atelier pour la rentrée 2022 pour se former collectivement sur ces sujets. En attendant, ça peut t’aider de savoir que chaque évènement avec une ou plusieurs personnes invitées coûte entre 100 et 300 euros. Si 15 à 20 personnes viennent mais qu’à la fin on se retrouve avec 70 balles dans la caisse, on ne pourra pas tenir très longtemps… Merci d’avoir lu jusque là !


Ateliers création des Cousines

L’association Les Cousines de l’Est propose des ateliers de création d’objet pour les femmes et personnes queer précaires et/ou sans revenus : broderie, couture, bijoux, peinture… Le but de ces ateliers est de créer des objets que vous pourrez vendre lors des marchés organisés par l’association (marchés de Noël, kermesse, etc).

Les ateliers s’adressent aux personnes en galère et aussi aux personnes souhaitant aider à la création et/ou apporter du matériel. Les ateliers sont en mixité choisie (sans homme cisgenre) et se déroulent à la Pigeonne les vendredis de 14h à 17h à partir du 8 octobre.

Rencontre : visibilité et représentations LGBTQIAP+ dans les fictions

Rencontre-discussion dimanche 12 septembre à 15h à la bibliothèque queer féministe et antiraciste Marsha P. Johnson

Dans la littérature jeunesse, comme dans un grand nombre d’œuvres de fictions, on peut constater un manque flagrant de diversité des personnages. Concernant les visibilités LGBTQIA+, on note par exemple un hétérocentrisme quasi total ou l’absence de personnages trans. Si la littérature jeunesse accompagne nos enfants et adolescent.es dans leur construction, comment grandir de manière ouverte sans représentations inclusives ? Et plus largement, quels sont les enjeux politiques de la banalisation des représentations des personnes lgbtqiap+ ?

La maison d’édition On ne compte pas pour du beurre s’est créée avec cette pensée : rendre visible, c’est faire exister.

Rencontre-discussion avec Caroline Fournier, l’une des fondatrices de la maison d’édition jeunesse On ne compte pas pour du beurre et l’autrice de la collection « Lila ». Elle est également la réalisatrice et scénariste de la série lesbienne Q

Le collectif Partage Droits et Autonomie à la bibliothèque Marsha P. Johnson pour la Pride off

Après l’atelier de maquillage contre la vidéosurveillance, les copaines travailleureuses du sexe de Besançon de l’asso PDA ont proposé une discussion à propos de leurs luttes. Il a été question de plein de sujets qui sont souvent invisibilisés, entre autre, de la putophobie dans les milieux militants et féministes qui restent parfois rempli d’abolo. On est trop content·e·s de cette rencontre, des échanges qui ont eu lieu, des liens entre des personnes queer, tds, et d’autres dont les paroles et existences sont délégitimées, diabolisées, ignorées et silenciées dans le système dominant auquel elles s’opposent. On a parlé de colère et de misandrie, c’était des moments précieux. Du coup, on se retrouve aux ouvertures de la bibliothèque bientôt, et on espère revoir PDA que vous pouvez d’ailleurs suivre sur leur site ou facebook, si ça vous dit.

Photo prise par Blanche Varin

Bonjour tout le monde !

La Pigeonne est un squat féministe, queer et antiraciste à Strasbourg. C’est un lieu d’habitation et d’activité autogéré, par et pour les femmes et les personnes queers, en mixité choisie.

Ce site est encore en construction 🙂